Soumyen Bandyopadhyay, Manah: An Omani Oasis, an Arabian Legacy. Architecture and Social History of an Omani Settlement, Liverpool, Liverpool University Press, 2011.

En 1985, jeune architecte, Soumyen Bandyopadhyay débarque au sultanat d’Oman. Il travaille pendant cinq ans à Mascate et profite de son long séjour pour explorer les environs. Il est particulièrement séduit par l’intérieur du pays, la région nommée Dakhiliyah, dans laquelle il découvre, quelques années plus tard, l’oasis de Manah. Il lui consacre alors de nombreuses recherches qui font l’objet de sa thèse de doctorat, défendue à Liverpool en 1998. L’oasis de Manah, composée de quatre quartiers, est située à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Nizwa, l’ancienne capitale de l’imamat ibadite. Manah a joué pendant des siècles un grand rôle dans l’histoire omanaise et a constitué un centre important, tant pour les savants que pour les artisans qui ont développé l’art du mihrab en stuc caractéristique de cette région. Le livre se consacre au principal quartier de Manah, Harat al-Bilad, qui offre un superbe exemple de cité fortifiée du désert. Entièrement ceint de murs, doté de quatre portes, ce quartier a été abandonné par ses habitants il y a plusieurs décennies.

Après une longue introduction sur la géographie et l’histoire d’Oman, l’auteur décrit la structure socio-politique unique de la Dakhiliyah, mélange d’ibadisme et de rapports tribaux, qui influence autant l’organisation spatiale que l’architecture. Il commente les travaux qui ont paru sur Oman depuis l’ouverture du pays aux étrangers sous le règne du sultan Qabous, et insiste sur le fait que l’intérieur des terres est longtemps demeuré inconnu. Le reste de l’ouvrage est consacré à la description minutieuse de la cité fortifiée : les voies principales, les accès, les habitations particulières ou encore les sablah, c’est-à-dire les halls de réception semi-publics réservés aux hommes d’une même tribu. Plusieurs chapitres détaillent l’architecture des mosquées ibadites et principalement les quatre lieux de culte que compte Harat al-Bilad. Bandyopadhyay établit que ces mosquées étaient encore utilisées pour la prière vers 1990, bien après que les habitants avaient quitté la ville. Toutes sont bâties sur un plan similaire : une salle de prière couverte surmontée au nord-est par un bumah – une petite coupole qui fait office de minaret –, une cour ouverte et un local à ablutions séparé. Seules trois de ces quatre mosquées possèdent un des fameux mihrabs en stuc richement décorés, réalisés au début du 16e siècle. Les photos proposées, particulièrement intéressantes, montrent que ces œuvres ont été recouvertes d’une couche de peinture verte très vive, débordant sur le bol en porcelaine chinoise qui constitue l’un des éléments les plus originaux de ces décors. Cet enduit, ajouté dans des circonstances inconnues, aurait eu pour but d’atténuer le décor afin de s’adapter à un regain d’austérité chez les ibadites, peut-être au 20e siècle. Dans la mosquée al-‘Alî, la restauration a déjà permis de retrouver la blancheur originelle et la finesse du stuc. L’auteur lit dans ces mosquées tout à la fois l’austérité de la pensée ibadite qui s’exprime dans le langage architectural, dans la simplicité extrême du bumah par exemple, mais aussi la dimension plus mystique de cette doctrine que l’on retrouve dans les mihrabs décorés.

Outre la description de Harat al-Bilad, le livre contient plusieurs digressions intéressantes telles une description détaillée de Nizwa ou une classification spatiale et confessionnelle des nombreuses tribus qui peuplent la région. L’ouvrage de Bandyopadhyay est très didactique : l’abondance de cartes, de vues aériennes et de schémas permet de bien comprendre le développement et l’organisation de la cité fortifiée. Grâce aux dessins axionométriques et en élévation, combinés aux plans, le lecteur se représente parfaitement le volume des mosquées. On regrettera simplement la petite taille de certaines photos, surtout celles relatives aux mihrabs. Il faut signaler que celui qui a lu les précédents travaux de Bandyopadhyay n’apprendra pas grand-chose dans le présent ouvrage : plusieurs chapitres, et notamment ceux consacrés aux mosquées ibadites, reprennent quasiment mot à mot le texte d’articles déjà publiés. Cela n’enlève évidemment rien à la qualité de ce beau livre qui offre, pour le moment, le seul moyen de visiter, par l’imagination mais dans les moindres détails, cette cité ancienne tellement caractéristique de l’architecture ibadite omanaise. En effet, le quartier de Harat al-Bilad, qui fait l’objet d’une vaste campagne de restauration dans un but touristique, est totalement interdit aux visites depuis plusieurs années.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.